Financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF)

Train
Le 9 février 2014, le peuple suisse a accepté à une nette majorité (62 %) le projet de financement et d'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF).  FAIF a été accepté à 76,6% par la population genevoise, le plus au score de Suisse. 

Depuis le 1er janvier 2016, l'exploitation et l'entretien, le renouvellement et la modernisation et l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire sont financés exclusivement par le fonds d'infrastructure ferroviaire (FIF). 

Tous les quatre ans, le Conseil fédéral présente à l'Assemblée fédérale un rapport sur les progrès de l'aménagement qui lui permet d'approuver les prochaines étapes d'aménagements et de voter les crédits nécessaires.

Plus d'information sur le site du DETEC

Etape d’aménagement 2030/35

Avec le concours des cantons, des chemins de fer et de la branche du trafic marchandises, l’OFT élabore l’étape d’aménagement ferroviaire 2030. Le message sera adressé au Parlement en 2018.

Enjeux pour Genève

Au vu de l'essor autour de l’axe Cornavin-Vernier-La Plaine,où 25 000 nouveaux habitants et 18 000 nouveaux emplois sont attendus à l’horizon 2030, soit une croissance de 30% des emplois et de 52% des habitants, le Canton souhaite un accroissement conséquent de la desserte en transports publics de ce pôle urbain en plein essor. C’est la raison pour laquelle Genève souhaite financer et construire une halte ferroviaire à Vernier- Châtelaine et augmenter la cadence des trains au ¼ d’heure au lieu de la ½ heure actuelle, sur l’ensemble de la ligne Cornavin-Genève-La Plaine. Ces projets d’augmentation de capacité de la ligne font l’objet de négociations entre le canton et la Confédération dans le cadre de l’étape d’aménagement 2030-2035 du fonds d’aménagement et de financement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF), plébiscité par les Genevois en février 2014.

Pour comprendre les enjeux de cette étape 2030/35, visionnez la vidéo suivante

Pour en savoir plus

Pour voir la position du Canton de Genève et la position de la CTSO ( conférence des transports de Suisse occidentale):

 

Partagez cette page