Questions & réponses

Q&A
Qu'est-ce que la Blockchain? Quelles sont ses origines? Comment fonctionne-t-elle? Autant de réponses à ces questions que vous retrouverez ici avec un lexique et une présentation.

Questions & réponses

  • Qu’est-ce que la Blockchain : La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne.
  • Origine de la Blockchain :La première blockchain est apparue en 2008 avec la monnaie numérique bitcoin, développée par un inconnu se présentant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Elle en est l’architecture sous-jacente.

    Si blockchain et bitcoin ont été construits ensemble, aujourd’hui de nombreux acteurs (entreprises, gouvernements, etc) envisagent l’utilisation de la technologie blockchain pour d’autres cas que la monnaie numérique.

  • Comment fonctionne la Blockchain : Toute blockchain publique fonctionne nécessairement avec une monnaie ou un token (jeton) programmable. Bitcoin est un exemple de monnaie programmable. Les transactions effectuées entre les utilisateurs du réseau sont regroupées par blocs. Chaque bloc est validé par les noeuds du réseau appelés les “mineurs”, selon des techniques qui dépendent du type de blockchain. Dans la blockchain du bitcoin cette technique est appelée le “Proof-of-Work”, preuve de travail, et consiste en la résolution de problèmes algorithmiques. Une fois le bloc validé, il est horodaté et ajouté à la chaîne de blocs. La transaction est alors visible pour le récepteur ainsi que l’ensemble du réseau.

 

Lexique

  • Arbre de merkle : le principe d'un arbre de hachage consiste à décomposer les données d'entrée en un ensemble de blocs de tailles identiques. Ces blocs sont les feuilles de l'arbre. Ils sont généralement complétés avec des valeurs neutres, comme des zéros, de façon à obtenir des blocs de la taille souhaitée.

    Les nœuds de niveau supérieur sont ensuite obtenus en compressant les nœuds du niveau courant à l'aide d'une fonction de hachage/compression jusqu'à n'obtenir qu'un nœud : la racine.

  • Bitcoin (BTC) : monnaie électronique décentralisée conçue en 2009 par un développeur non identifié utilisant le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Son unité de compte est le bitcoin, limitée à 21 millions d'unités et divisible jusqu'à la huitième décimale. Toutes les transactions sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un registre public réputé infalsifiable appelé « blockchain ». Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l'ensemble des nœuds du réseau
  • Blockchain : la chaîne de blocs (en anglais blockchain) est une base de données distribuée transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle.Par extension, une chaîne de blocs est une base de données distribuée qui gère une liste d'enregistrements protégés contre la falsification ou la modification par les nœuds de stockage.
  • Clé privée : clé permettant à l’utilisateur d’une blockchain d’initier une transaction en signant cryptographiquement son message.
  • Clé publique : clé servant d’adresse sur une blockchain. Connue de tous, elle permet à un émetteur de désigner un destinataire.
  • Cryptomonnaie : monnaie électronique et peer-to-peer, se basant sur les principes de la cryptographie pour valider les transactions et la génération de la monnaie elle-même.
  • Ether : cryptomonnaie d’Ethereum.
  • Ethereum : protocole d'échanges décentralisés permettant la création par les utilisateurs de contrats intelligents grâce à un langage Turing-complet. Ces contrats intelligents sont basés sur un protocole informatique permettant de vérifier ou de mettre en application un contrat mutuel, ils sont déployés et consultables publiquement dans la blockchain. Ethereum utilise une unité de compte dénommée Ether comme moyen de paiement de ces contrats. Son sigle correspondant, utilisé par les plateformes d'échanges, est « ETH ». Ethereum est la deuxième plus importante monnaie cryptographique.
  • Minage : utilisation de la puissance de calcul informatique afin de traiter des transactions, sécuriser le réseau et permettre à tous les utilisateurs du système de rester synchronisés.
  • Mineur : personnes (particuliers ou sociétés) qui connectent sur le réseau une ou plusieurs machines équipées pour effectuer du minage. Chaque mineur est rémunéré  au prorata de la puissance de calcul qu’il apporte au réseau.
  • Noeud :  ordinateur relié au réseau et utilisant un programme relayant les transactions.
  • Oracle : Service puisant des données d’une ou plusieurs sources (base de données privées ou publiques, réseaux sociaux…) et les « injectant » dans les smart contracts pour déclencher le paiement. Exemple : Oraclize.
  • Proof of stake : Méthode utilisée pour atteindre le consensus distribué dans un réseau blockchain. A l’inverse du Proof of work, le Proof of stake ne demande pas aux utilisateurs d’utiliser leur puissance de calcul, mais plutôt de prouver la propriété d’un certain montant de crypto-monnaie.
  • Proof of work : “preuve de travail” ou “preuve de calcul”. Il s’agit du traitement cryptographique permettant la validation des blocs de transactions. Effectuer ce traitement requiert du temps de calcul : en général, un seul ordinateur du réseau y parvient en environ dix minutes. La difficulté est régulièrement adaptée pour maintenir cet intervalle.
  • Smart contract : “contrat intelligent”. Les smart contracts sont des programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés.

 


 

Partagez cette page