Tests de dépistage ciblé et répétitif dans les institutions de soins | FAQ

Type de publication
Date de publication
20 octobre 2021
Tests de dépistage ciblé et répétitif dans les institutions de soins | FAQ
Tests de dépistage ciblé et répétitif dans les institutions de soins | FAQ
Vous souhaitez mettre en place le dépistage ciblé et répété au sein de votre institution de soins ? Avant de soumettre votre projet en ligne, consultez notre FAQ !

Existe-il des différences de règles en fonction du type d'institutions, notamment de soins ?

  • Oui, les institutions de santé qui incluent des lits stationnaires, les organisations de soins et d'aide à domicile (OSAD), les établissements médico-sociaux (EMS), les établissements pour personnes handicapées (EPH) et les foyers de jour pour personnes âgées sont soumis à cette obligation de dépistage pour le personnel qui n'est ni vacciné/ni guéri (depuis moins de 6 mois).
  • Il est fortement recommandé aux structures de soins ambulatoires d'appliquer la mesure qui concerne les professionnels en contact étroit avec les patients, cela afin de réduire le risque de transmission à leur égard. Cela n'est toutefois pas une exigence au sens de l'arrêté du Conseil d'Etat.

 

Quels types de test sont valables ?

  • Les analyses PCR groupées par biologie moléculaire pour le SARS-CoV-2 (par exemple avec prélèvement salivaire)
  • Les tests rapides antigéniques COVID-19 avec application par un professionnel suite à un prélèvement nasopharyngé. Seuls les tests figurant sur la liste de l’UE peuvent encore être utilisés. C'est le professionnel de la santé ou le laboratoire mandaté qui commande les tests.

Les autorités sanitaires (OFSP et SMC) recommandent l'usage des tests PCR salivaires groupés.

Que sont les PCR groupées (pooling) ?

  • Le pooling est un regroupement d'un certain nombre d'échantillons (minimum 4, maximum 25) en un seul échantillon. En accord avec le laboratoire en charge, le pooling peut être réalisé en entreprise ou en laboratoire. Les laboratoires responsables sont libres de définir eux-mêmes la stratégie du pooling dans le respect des critères légaux.

 

Comment se passe le remboursement des tests et de l'analyse ?

  • L'entité ou le prestataire qui effectue les tests obtient le remboursement en facturant le canton selon les tarifs prévus par l'Ordonnance 3 COVID-19.

 

Qui contacter pour la prise en charge des factures ?

La facture hebdomadaire est à envoyer par courriel à testing.covid@etat.ge.ch. Elle doit être adressée à :

Direction générale de la santé
Cellule COVID-19 / SMC
Unité testing protection
Rue Adrien-Lachenal 8
1207 Genève

 

Comment se passe le remboursement des tests et de l'analyse ?

  • L'entité ou le prestataire qui effectue les tests obtient le remboursement en facturant le canton selon les tarifs prévus par l'Ordonnance 3 COVID-19.
  • En cas de PCR poolée, le laboratoire obtient le remboursement de l'analyse en facturant le canton selon les tarifs prévus par l'Ordonnance 3 COVID-19.

 

Doit-on obligatoirement passer par un professionnel pour le dépistage ciblé et répétitif ?

  • Oui, la personne responsable du dépistage doit être un professionnel de la santé.

 

Devons-nous tester nos collaborateurs temporaires ? Si oui, doivent-ils être testés par notre institution ?

  • Oui cela inclut également les stagiaires, les étudiants et le personnel intérimaire en contact avec les personnes prises en charge.

 

Les tests étrangers sont-ils valables ?

  • A partir du 25 octobre, seuls les tests rapides antigéniques COVID-19 figurant sur la liste de l’UE peuvent être utilisés.

 

Puis-je obtenir un certificat à partir de mon test hebdomadaire ?

  • Un résultat négatif obtenu dans le cadre d’un dépistage ciblé et répétitif donne la possibilité de recevoir un certificat de test COVID-19 en accord avec le prestataire habilité (durée de validité de 24h pour un test antigénique rapide et de 72h pour un PCR salivaire).

 

Le personnel non soignant doit-il être testé ?

Tout le personnel qui se tient à moins d'1,50 mètre, d'un résident/client/patient/bénéficiaire, quelle que soit la durée du contact, doit:

  • soit être en possession d'un certificat COVID valable 
  • soit être testé dans le cadre du programme de dépistage répétitif. Cela inclut donc effectivement le personnel non soignant, conformément à l'alinéa 3 de l'article 5 de Arrêté du Conseil d'Etat.

 

L'institution doit-elle renseigner un outil informatique en lien avec le dépistage ?

  • Oui, il y a un reporting mensuel, à fins statistiques, qui se fait sur RedCap (il s'agit d'une plateforme cantonale sécurisée pour la gestion des données)
  • Il y a aussi un reporting hebdomadaire, à des fins de contrôle de facture, à effectuer sur la même plateforme.
  • La personne désignée a reçu les accès et est responsable de renseigner la plateforme.

 

Comment contrôler l'accès aux institutions de soins ?

  • Les prestataires externes ainsi que les visiteurs des institutions de soins sont en possession d'un certificat COVID-19 valide, contrôlé avec l'application "Covid Check" et une pièce d'identité.
  • Les prestataires externes ainsi que les visiteurs des institutions de soins, peuvent être au bénéfice d'une attestation de test négatif dont la durée de validité est de 48h pour un test antigénique et qui est gratuit.

 

Comment s'assurer de la validité de l'attestation de test négatif présentée ?

  • Vous pouvez contrôler, à titre non exhaustif, différents éléments, dont le fait que l'attestation comprend bien un timbre du prestataire qui a effectué le test, une signature manuscrite en couleur, les informations avec nom, prénom, date de naissance de la personne testée.

 

Les institutions doivent-elle tracer les visiteurs ?

  • Non, le traçage n'est plus requis pour les détenteurs du certificat COVID ou attestation de négativité.

 

L'institution de santé doit-elle vérifier le certificat COVID ou l'attestation de test négatif d'un visiteur qui vient chercher un patient pour une sortie ?

  • Dès le moment où un visiteur entre dans le bâtiment, son certificat COVID ou une attestation valable doivent être exigés.

 

Le temps de dépistage compte-t-il dans le temps de travail ?

  • Oui pour le personnel occupé à temps plein.

 

Que faire si un collaborateur refuse de présenter son certificat ou de participer au dépistage ?

  • Le collaborateur ne peut pas être en contact des bénéficiaires de l'institution qui l'emploie.

    L'institution détermine quelle est la sanction qui s'applique dans le cadre du contrat de travail qui le lie à l'employé concerné (droit privé). De plus, l'institution est tenue de signaler ce collaborateur au service du médecin cantonal (SMC) pour analyse de la situation et éventuelle sanction.

 

 

Type de publication
Date de publication
20 octobre 2021