COVID-19 - Professionnels santé et réseau de soins

4. Etablissements medico-sociaux (EMS) et institutions de santé

En réponse aux nombreuses questions adressées au service du médecin cantonal (SMC), au service de la pharmacienne cantonale (SPhC), au service du réseau de soins (SRS), à la direction générale de la santé (DGS), et pour tenir compte de l’adaptation des plans de protection pour le moment toujours indispensables dans les institutions hébergeant des personnes vulnérables, cette FAQ a été rédigée à l’attention de vos institutions. Les réponses tiennent compte des dispositions fédérales et cantonales en vigueur à ce jour. 

Recommandations cantonales pour les EMS

Version imprimable  de la page.

Mesures générales

Vaccination 

Est considérée comme entièrement vaccinée toute personne qui a reçu :

  • Une dose avant ou après une infection au COVID-19 confirmée (test PCR, test rapide antigénique, sérologie) en respectant un intervalle minimum de 4 semaines, ou une personne qui a reçu 2 doses d’un vaccin reconnu en Suisse [Pfizer, Moderna, Nuvaxovid ou 1 dose du vaccin Janssen.
  • Un vaccin autorisé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et qui a été vaccinée conformément aux prescriptions ou aux recommandations de l’Etat dans lequel le vaccin lui a été administré.
  • Un vaccin autorisé selon la liste des situations d’urgence de l’OMS et complètement administré, conformément aux prescriptions ou aux recommandations de l’Etat dans lequel la vaccination a été effectuée.

Remarque
La vaccination est considérée comme complète dès l'administration de la dernière dose – même si, d’un point de vue médical, la protection vaccinale attendue ne se produit qu’après une ou deux semaines environ – à l'exception du vaccin Janssen pour lequel la personne est considérée comme entièrement vaccinée à partir du 22e jour.

 

Guérison 

Est considérée comme guérie toute personne qui a contracté le COVID-19 dès le :

  • 11e jour qui suit le résultat d'un test PCR positif, pendant 180 jours.
  • (nouveau) 11e jour qui suit le résultat d'un test antigénique rapide positif pendant 180 jours.
 

Immunité

Une personne est considérée comme immune dès lors qu’elle est entièrement vaccinée ou guérie selon les modalités ci-dessus.

  • La durée de validité du certificat de vaccination est de 270 jours à partir du  jour de l'administration de la dernière dose pour une vaccination à deux doses (Pfizer ou Moderna) ou du 22e jour après l'administration de la dose unique (Janssen).
  • La durée de validité du certificat de guérison est de 180 jours (en Suisse et dans l'Union européenne) après le résultat du test et le certificat est valable à partir du 11e jour après le résultat de test positif.
Les durées indiquées sont les durées de validité des certificats COVID-19 (pour voyager par exemple)

Personnes vulnérables

Liste des personnes vulnérables (OFSP).

Les personnes considérées comme particulièrement vulnérables sont les personnes de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les adultes atteints de la trisomie 21 et les adultes atteints des maladies préexistantes suivantes : Catégorie de personnes vulnérables (10.05.2021).

L’institution qui accueille des personnes vulnérables est responsable de leur protection et au regard du COVID-19 doit adapter son plan de protection et en définir le contenu en tenant compte de la situation épidémiologique. Le canton établit des recommandations sur lesquelles les institutions peuvent s’appuyer.
La loi sur le travail (RS 822.11) et son article 6 impose aux employeurs de protéger leur personnel y compris contre le COVID-19, ainsi l’employeur est responsable du choix et de la mise en oeuvre des mesures de protection définies dans son plan de protection pour le personnel.

 

Variants  (nouveau)

L’apparition d’un variant résulte de l’évolution naturelle d’un virus, qui acquière, avec le temps, des mutations lui conférant un avantage lors de ces cycles de réplication. Il existe plusieurs variants, considérés par l'OMS comme des variants préoccupants (variants of concern, VOC). Un variant est considéré comme un VOC s’il a soit une plus grande transmissibilité, un phénotype différent (par exemple une plus grande sévérité), un potentiel d’échappement au système immunitaire ou à des traitements, ou s’il entraîne un échec diagnostic.

Principaux variants VOC préoccupants

Appellation OMS Lignée Pays d'identification
Alpha B.1.1.7 Grande-Bretagne
Beta B.1.351 Afrique du Sud
Gamma P.1 Brésil
Delta B.1.617.2 Inde
Omicron B.1.1.529 Afrique du Sud

Le variant delta était la souche dominante dans le canton de Genève (> 95%) entre juillet et décembre 2021.

Les variants de la lignée Omicron (B.1.1.529) figurent, depuis la semaine 52, parmi ceux qui surviennent le plus fréquemment à Genève. Omicron a remplacé le variant Delta: depuis le 6 janvier, la quasi-totalité des infections acquises dans la communauté sont à présent liées au variant Omicron.

Variant Omicron 

Un variant Omicron (B.1.1.529) a été mis en évidence pour la première fois le 24 novembre 2021 en Afrique du Sud mais le premier cas connu a été identifié sur un échantillon prélevé le 9 novembre. Il a été classé "variant préoccupant"(VOC) par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le vendredi 26 novembre 2021. Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), il représente un risque élevé à très élevé pour l'Europe.
En effet, ce variant Omicron présente de très nombreuses mutations, plus de 30 sur le gène qui code pour la protéine Spike, dont 11 mutations dans la région de la liaison au récepteur 1. La plupart de ces mutations ont déjà été identifiées séparément sur d'autres souches où elles sont associées à une augmentation du nombre de cas et une réduction de l'efficacité vaccinale. En outre, 3 nouvelles mutations ont été identifiées qui entraînent possiblement une diminution de l'effet des thérapies par anticorps monoclonaux.

Le premier cas d’infection au variant Omicron a été confirmé à Genève le 30 novembre.

(nouveau) Depuis la mi-juin, le variant Omicron, majoritaire dans le monde, continue de se propager. Ses deux sous-lignées BA.4 et BA.5, plus transmissibles que BA.2 mais a priori pas plus virulentes, sont désormais majoritaires à Genève et responsables du rebond actuel. Cependant, à virulence équivalente, le nombre de cas graves augmente parce que le nombre total de cas augmente. L'augmentation du nombre d'hospitalisations est à présent manifeste et résulte de la progression du nombre d'infections dans la population.

 

Mesures en cas de symptômes 

Les personnes testées positives au coronavirus ne sont plus tenues de s’auto-isoler, et ne reçoivent plus de décision d’isolement du service du médecin cantonal.

Depuis le 1er avril 2022, les mesures d’isolement dans la population générale sont levées.

Personnes résidentes/bénéficiaires

  • Il est recommandé que les résidents/bénéficiaires qui présentent des symptômes soient testés, de préférence à l'aide d'un test PCR ou avec un test antigénique rapide si les symptômes datent de moins de 4 jours.
  • En cas de test positif et si l'état de santé des résidents le permet, ces personnes ne sont pas confinées en chambre. Cependant des précautions restent à prendre : pendant 5 jours, il est recommandé que les résidents/bénéficiaires prennent leurs repas en chambre et diminuent leurs activités de groupe. Ils ne sont cependant pas strictement isolés. Ils peuvent accéder aux parties communes en portant un masque pour ceux qui le supportent, et/ou en maintenant la distance d’avec les autres personnes. Une hygiène des mains fréquente est requise dès la sortie de la chambre.
  • Un pictogramme représentant un masque est affiché sur la porte des personnes résidentes testées positives afin que les visites soient averties qu'il est recommandé de garder le masque en chambre. 

Collaboratrices et collaborateurs

  • Le personnel symptomatique se fait tester.
  • En cas de test positif, le service du médecin cantonal ne rendra pas de décision d’isolement. Le personnel dont l’état de santé le permet peut se rendre au travail. Pendant 5 jours, il est recommandé qu’ils gardent le masque en tout temps et qu’il tiennent la distance, notamment au moment des repas. Il est recommandé qu’il ne s’occupe pas de résidents non-immuns dans la mesure du possible. Si son état de santé se dégrade, il consulte son médecin traitant comme pour n’importe quelle maladie. 

Visites

  • Il est recommandé que les personnes symptomatiques, positives ou non, diffèrent leur visite pendant 5 jours.

 

Quarantaine

Quarantaine-contact

La quarantaine de contact est supprimée depuis le 3 février 2022.

Exposition à un cas positif (personnel)
Les personnes qui ont été en contact étroit avec une personne testée positive sont encouragées à suivre les recommandations suivantes pendant quelques jours après le contact, pour réduire le risque de contamination :

  • Appliquer rigoureusement les règles d’hygiène et de conduite
  • S'auto surveiller : se faire tester en cas d'apparition de symptômes
  • Porter un masque lors de contact étroit
  • Limiter autant que possible les contacts (sur le lieu du travail, éviter tout contact non protégé avec les autres membres du personnel, en particulier pendant les pauses) et maintenir la distance avec son entourage
  • Eviter de fréquenter des lieux publics.
Quarantaine-voyage

Depuis le 4 décembre 2021, la quarantaine de voyage est levée. Tous les pays sont retirés de la liste de quarantaine.

 

Télétravail 

le télétravail n'est plus ni obligatoire, ni recommandé par le Conseil fédéral. Le télétravail demeure toutefois une possibilité pour protéger la santé du personnel, plus particulièrement pour les personnes vulnérables.

 

Flambée 

En cas de flambée (dès l'apparition de 3 cas simultanément en moins de 5 jours), le SMC édicte les mesures à prendre en collaboration avec l'EMS (direction et médecin répondant) ou l'institution concernée. Toutes les personnes exposées (en contact étroit avec un cas positif) sont testées, indépendamment de leur statut immunitaire (complètement vaccinée ou guérie). 

Les foyers d’infection doivent être détectés le plus rapidement possible et une procédure de gestion de ces foyers doit être mise en place au sein de l'institution concernée.

L’objectif est de détecter rapidement les cas symptomatiques et asymptomatiques, et d’appliquer immédiatement des mesures concernant les personnes positives ou symptomatiques et tester les personnes exposées (voir rubrique 'Mesures en cas de symptômes'). Ces mesures visent à mettre fin à la flambée.

Le SMC (la cellule en charge de la gestion des clusters au sein du SMC) est informé du résultat positif chez une personne résidente via la déclaration obligatoire du laboratoire et également à la réception des canevas1  pour les personnes transmises par les institutions en cas de flambée. Les personnes référentes (personnel médical ou soignant) au sein de l'établissement transmettent le canevas des cas positifs parmi les personnes résidentes au SMC sur task.sanitaire@etat.ge.ch. Le canevas1 représente ainsi un outil essentiel de suivi et gestion des flambées.

Le personnel symptomatique ou testé positif n'est plus tenu de renseigner l'employeur sur son état de santé, ni sur le résultat d’un test, qu’il soit négatif ou positif. Afin d’assurer l’enquête d’entourage et d'identifier rapidement les chaînes de transmission, le personnel peut s’adresser aux numéros dédiés du SMC : 022 546 40 14 ou 022 546 40 44.  Les informations sont traitées de manière confidentielle, en respectant le secret médical.

Dès le premier cas positif, parmi les résidents ou le personnel, une enquête minutieuse est effectuée par le SMC en collaboration avec l'institution pour identifier la source de la contamination ainsi que les personnes exposées. Selon les résultats de l'enquête et l'ampleur de la flambée, les mesures collectives mises en œuvre sont notamment : 

  • En règle générale dépistage ciblé des personnes exposées (résidents et membres du personnel), indépendamment de leur statut immunitaire (vaccination ou guérison), entre le 3e et le 5e jour du dernier contact, ou selon les prescriptions du SMC
  • Autosurveillance et surveillance accrue des symptômes
  • Port du masque renforcé (réintroduction momentanée du masque chez les résidents dans certains secteurs, selon la situation) durant la flambée
  • Adaptation des activités pour protéger les plus vulnérables et limiter la transmission vers d'autres secteurs de l'EMS
  • Limitation des contacts entre les étages

Les visites peuvent être maintenues mais le masque est recommandé pour les personnes en visite et les personnes résidentes qui le tolèrent.

1 Le canevas est un fichier comportant les noms/prénoms, date des symptômes, statut vaccinal/guéri des résidents. 

 

Mesures de protections essentielles

Vaccination de rappel (nouveau)

1er booster

(nouveau) La vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm est recommandée pour toutes les personnes dès 12 ans (Vaccin - admin.ch). Les professionnels de la santé font partie des personnes pour lesquelles la vaccination de rappel est vivement recommandée.

Intervalle de temps entre la vaccination complète de base (primovaccination) et le ou les rappels:

  • La vaccination de rappel est recommandée dès 4 mois après la vaccination complète (vaccination complète: 2 doses, ou une infection confirmée et une dose à 4 semaines d'intervalle, dans cet ordre ou dans l'autre).
    • si < 4 mois se sont écoulés entre la primovaccination et l’infection, une vaccination de rappel est recommandée 6 mois après cette infection (=dernière exposition)
    • (nouveau) si ≥ 4 mois se sont écoulés entre la primovaccination et l’infection, une vaccination de rappel est recommandée dès 28 jours après l'infection.
2e booster

Depuis le 5 juillet 2022, le renouvellement de la vaccination de rappel (aussi appelée 2e booster) est recommandé aux personnes fortement immunosupprimées dès 12 ans, aux personnes âgées de 80 ans et plus, ainsi qu’aux résidentes et résidents des EMS sans restriction d’âge, afin d'augmenter leur protection contre une évolution grave de la maladie puisque ces personnes sont plus à risque de contracter une forme sévère du COVID-19.

  • La seconde vaccination de rappel est recommandée dès 4 mois après la première vaccination de rappel.
  • En cas d’infection au SARS-CoV-2 confirmée, un délai minimal de 4 semaines doit être respecté après l’infection (depuis le jour du test) et de 4 mois après la dernière vaccination

(nouveau) A ce jour, le 2e booster n'est pas recommandé pour les autres groupes de personnes.
Ce second rappel peut toutefois être effectué dès 4 mois après la dernière vaccination s'il est souhaité pour des raisons personnelles (ex. voyages). L'inscription à ce 2e rappel se fait en ligne. Dans ce cas, les personnes devront s'acquitter elles-mêmes du prix du vaccin
(CHF 60.-). Cette vaccination a lieu, actuellement, exclusivement au centre de vaccination des HUG.

Si en tant qu’établissement médico-social vous souhaitez établir les certificats COVID et que vous ne possédez pas les droits d’accès à la plateforme, nous vous prions de vous annoncer auprès du guichet dédié task.sanitaire@etat.ge.ch.
Vaccins recommandés pour la 1ère dose de rappel
  • La vaccination de rappel doit être effectuée avec l’un des deux vaccins à ARNm autorisés (Comirnaty® de Pfizer / Spikevax® de Moderna).
  • En principe, peu importe lequel des deux vaccins à ARNm disponibles est utilisé (recours possible à des schémas hétérologues).
  • Le dosage recommandé est une dose identique à la primovaccination pour Comirnaty® et une demi-dose pour Spikevax®.
  • (nouveau) Le dosage recommandé pour les personnes fortement immunosupprimées consiste en une dose complète de Spikevax® (100 μg ou 0,5 ml) ou de Comirnaty (30 μg ou 0.3 ml)
  • La vaccination de rappel des personnes âgées de moins de 30 ans est recommandée de préférence avec Comirnaty®, que la primovaccination ait été effectuée avec Comirnaty® ou Spikevax®.
  • (nouveau) Une vaccination de rappel avec le vaccin Janssen® ou le Nuvaxovid® est possible pour les personnes de plus de 18 ans qui ne peuvent pas recevoir un vaccin à ARNm pour des raisons médicales ou qui le refusent, dès 4 mois après la dernière vaccination.
Vaccins recommandés pour la 2ème dose de rappel
(nouveau)
  • La seconde vaccination de rappel doit être effectuée avec l’un des deux vaccins à ARNm autorisés (Comirnaty® de Pfizer / Spikevax® de Moderna).
  • En principe, peu importe lequel des deux vaccins à ARNm disponibles est utilisé (recours possible à des schémas hétérologues).
  • Le dosage recommandé est une dose identique à la primovaccination pour Comirnaty® et une demi-dose pour Spikevax®.
  • Le dosage recommandé pour les personnes fortement immunosupprimées consiste en une dose complète de Spikevax® (100 μg ou 0,5 ml) ou de Comirnaty (30 μg ou 0.3 ml)
Dispositif

L'inscription pour une dose de rappel peut être effectuée sur la plateforme de vaccination ou en appelant la ligne verte au 0800 909 400.

La vaccination des résidentes et résidents des EMS a été effectuée sur place pour la primovaccination et le booster. Actuellement, les nouvelles personnes résidentes sont invitées à se faire vacciner dans un centre de vaccination avant leur admission.

(nouveau) Une nouvelle campagne de vaccination s’organise dans les EMS pour le 2e booster ou pour tout autre vaccination.

L'imad vaccine les personnes des IEPA et à domicile avec le vaccin Comirnaty® (Pfizer/BioNTech) uniquement.

 

Autres mesures de protection

Dépistage ciblé et répété 

 

Pour le personnel actif des EMS, des foyers pour personnes âgées et des institutions visées à l’al.1 de l'art.5 de l’arrêté du Conseil d’Etat

Suite aux décisions du Conseil Fédéral le 16 février, le Conseil d'Etat a abrogé les articles concernant l'obligation de tests répétés. Etant donnée la situation épidémiologique, cette stratégie devient le choix de chaque établissement. Le remboursement de ces tests est encore assuré par la Confédération, selon le même processus de facturation que celui en vigueur jusqu'ici.

 

Port du masque EN 14683 (nouveau)

  • Pour les résidents ou bénéficiaires des EMS et des foyers pour personnes âgées 
    Ces personnes ne sont pas tenues de porter un masque. Les résidents et les bénéficiaires qui le souhaitent peuvent toujours le porter. Il est recommandé de porter un masque pendant 5 jours suivant une infection avérée au COVID-19 ou en cas de symptômes.
     
  • Pour les personnes en visite 
    Depuis le 30.05.2022, le port du masque n'est plus obligatoire pour les visiteurs des EMS et foyers pour personnes âgées; il est toutefois recommandé en cas de visite d’un proche présentant des symptômes ou dont la chambre est identifiée avec un pictogramme rappelant le port du masque.
     
  • Pour le personnel de l'EMS
    Depuis le 30.05.2022, le port du masque n'est plus obligatoire pour le personnel des EMS et des foyers pour personnes âgées; il est recommandé au personnel de porter un masque :
    • (nouveau) en cas de symptômes ou de test positif en tout temps : vivement recommandé pour protéger les autres
    • lorsqu'il s’occupe de patients COVID-19 confirmés ou symptomatiques
    • lors de soins qui impliquent un contact étroit et/ou de longue durée.
    • Pour l'ensemble du personnel : FFP2 recommandé pour les soins à risque important d’aérosolisation auprès des patients COVID-19 confirmés ou suspects.

 

Maintien de la distance 

Une distance de 1,5m est recommandée pour les personnes résidentes/bénéficiaires pendant les 5 jours qui suivent une infection au COVID.

La distance est recommandée pour le personnel chaque fois qu'il peut la maintenir en présence des résidents ou bénéficiaires (consommations, animations, ateliers, activités, hors situations de soins).

 

Hygiène des mains

Elle peut se pratiquer à l’eau et au savon avec un essuie-main à usage unique ou à défaut à l’aide de solution hydro alcoolique. Elle est recommandée dès l’accès à l'EMS ou au foyer, et régulièrement ensuite. 

 

Mesures essentielles complémentaires

Aération régulière des locaux (nouveau)

L’aération régulière des locaux est une mesure essentielle. Quand plusieurs personnes se concentrent dans un même endroit, il est statistiquement plus risqué que le virus soit expiré dans l’air. Si l’air est régulièrement renouvelé, la concentration potentielle du virus diminue (et le risque d’être contaminé aussi). L’aération est recommandée 4x10 minutes par jour au minimum.

Aération des espaces communautaires recommandée toutes les heures pendant 5 à 10 minutes.

En cas de manifestations (fêtes, animations), augmenter la fréquence de l'aération : toutes les 20 à 25 minutes pendant 5 à 10 minutes.

(nouveau) En période estivale, il est recommandé de privilégier les événements en extérieur dès que cela est possible 

 

Nettoyage des surfaces fréquemment touchées 

Poignées de porte et de fenêtre, interrupteurs, boutons de micro-ondes ou d’ascenseurs, machines à café, dossiers de chaise, potences, barrières de lit, robinets, etc. sont autant de vecteurs potentiels du virus. Alors que l’hygiène régulière des mains diminue le risque de déposer le virus sur les surfaces, le nettoyage régulier des surfaces le diminue encore. Le nettoyage aux détergents usuels du commerce ou avec un produit désinfectant est recommandé une fois par jour au minimum.

 

Formations internes

Les formations aux précautions standards et aux mesures additionnelles pour le personnel doivent être régulières (ateliers, visioconférences, etc.).

 

Accès à la vaccination

La vaccination contre le COVID-19 est recommandée à toutes et à tous. La vaccination contre la grippe est par ailleurs recommandée depuis la mi-octobre pour les personnes âgées de 65 ans et plus et les personnes travaillant dans le secteur de la santé.

 

Spécificités en EMS

Diminution de la fréquence des tests pour les résidents asymptomatiques 

Il n’y a plus de recommandation de test de dépistage préventif. Dans la mesure du possible, les résidents devraient être vaccinés avant leur entrée dans l’institution. 

Suivi de l'entrée en EMS
Suivi de l'entrée en EMS

* Un test PCR effectué chez un résident de retour d'hospitalisation suite à un COVID est inutile car le test peut rester positif durant au moins 6 semaines et entraînerait une mise en isolement inutile.

 

Dépistage post-mortem

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique, un frottis systématique post-mortem n'est plus recommandé pour :

  • Les personnes ayant présenté des symptômes de COVID-19 sans qu'un test soit disponible
  • Les personnes en contact étroit avec une personne testée récemment positive au COVID-19
  • Les personnes pour lesquelles la cause du décès n'est pas évidente, principalement en présence de facteurs de risque (ex: obésité). 

 

Spécificités dans les foyers

Exigences

Les foyers sont autorisés à ouvrir à leur pleine capacité. Il est recommandé que les bénéficiaires accueillis soient vaccinés ou guéris afin de diminuer le risque d'introduction et d'éclosion d'un foyer épidémique.

 

Consommation en EMS et foyers 

Recommandations 

Les recommandations suivantes s'appliquent :

  • Pas de masque obligatoire pour les résidentes, résidents ou bénéficiaires
  • Possibilité de consommer avec des visites sans restriction de nombre ou avec le personnel
  • Dans la mesure du possible maintenir 1,5m de distance entre le personnel et les autres personnes lors des consommations, animations, ateliers, activités, etc.
  • Privilégier les groupes fixes de consommateurs.

 

Activités (EMS, foyers) et manifestations 

Exigences 

Les activités et manifestations ne sont plus soumises à l'exigence de certificat COVID.

Pour les activités, il est recommandé de privilégier autant que possible les (petits) groupes stables. Les activités de chant ou de danse peuvent également reprendre.

Les consommations, les activités de chant et les activités physiques plus intenses ont été identifiées comme étant plus à risque de contamination. Il est recommandé de maintenir une distance plus importante lors de la pratique de telles activités (ex : chorales) et de majorer l’aération lorsque ces activités se déroulent dans un espace clos.

Les sorties des résidents sont autorisées. Il est recommandé de privilégier les activités extérieures ou de moindre affluence.

Les IEPA ne sont pas des lieux de soins, les obligations de port du masque ne s’y appliquent plus et les activités comme les consommations ne sont soumises à aucune restriction. 

Il n’est plus nécessaire d’y collecter le statut immunitaire des locataires.

Comme pour la population générale, il est recommandé qu’un locataire symptomatique porte un masque en présence d’autres personnes et maintienne la distance de 1,5m si possible, mais il n’est plus nécessaire qu’il s’isole ni recommandé qu’il se fasse tester. 

Les mesures propres aux OSAD (port du masque obligatoire) s’appliquent lorsqu’un soignant rend visite à l’un des locataires pour une prestation de soins.

(nouveau) Le port du masque y est recommandé lors d’un soin à risque de contact étroit et/ou à durée prolongée.

 

Visites en EMS

Exigences 

Il est recommandé aux visiteurs, même immuns, de porter le masque EN 14683 ou masque chirurgical dans les chambres identifiées avec un pictogramme « port de masque ».

  • Les personnes en visite peuvent se rendre dans l’EMS sans rendez-vous et visiter leur proche en chambre, sans restriction de nombre de visiteurs, avec les mesures de protection ci-dessous :
    • Ne pas présenter de symptômes du COVID-19* 
    • Ne pas avoir été en contact étroit avec une personne testée positive, sinon différer la visite de 5 jours
    • Maintenir, dans la mesure du possible, la distance de 1,5m avec les autres personnes croisées
    • Si le résident se rend dans sa famille, il est recommandé que tous les membres de la famille respectent les règles d’hygiène et de comportement de l’OFSP.
       
  • Il n'est plus nécessaire de conserver un registre des entrées/sorties des personnes en visite.
  • Il n’y a plus de quarantaine des contacts.
  • Les personnes en visite symptomatiques ou qui ont été en contact avec une personne testée positive doivent reporter leur visite.
  • Les personnes en visite appliquent  les mesures de protection au sein de l'institution. 
  • Les personnes en visite qui sont symptomatiques et/ou ont un test positif dans les 5 jours après leur visite peuvent s’adresser au SMC au 022 546 40 14 ou au 022 546 40 44. Les informations sont traitées de manière confidentielle, en respectant le secret médical.

* Symptômes COVID-19

  • Symptômes d'affection aiguë des voies respiratoires comme maux de gorge, toux [surtout sèche], dyspnée et douleurs dans la poitrine
  • Fièvre
  • Perte soudaine de l'odorat et/ou du goût
  • Maux de tête

    Divers

    Transports privés 

    Il est recommandé d'aérer avant et après le transport (ouverture des portes et fenêtres).

     

    Journaux et livres

    Les journaux et livres peuvent être remis à disposition des résidents.
     

    Fontaines à eau

    Les fontaines à eau peuvent être mises en service avec un nettoyage régulier.
     

    Ventilateurs/climatisation

    Selon les connaissances actuelles, la climatisation et les systèmes de ventilation n’accroissent pas le risque d’infection au nouveau coronavirus, pour autant qu’ils soient utilisés et entretenus correctement. Pour une bonne protection, ces dispositifs devraient fonctionner avec un apport élevé en air frais et une part d’air recyclé la plus faible possible. Les systèmes de climatisation utilisés dans une pièce mal ventilée et qui induisent une circulation d’air continue entre les personnes peuvent présenter un risque. Aérer les locaux reste le meilleur moyen, en terme de ventilation pour lutter contre le COVID-19, de préférence lorsque la température extérieure est inférieure à la température intérieure. Les recommandations de l’OMS sont consultables ici.

     

    Testing

    Toutes les questions en lien avec les tests répétés peuvent être adressées à testing.covid@etat.ge.ch

     

    Mesures de protection 

    Toutes les questions en lien avec les mesures peuvent être adressées à plans-protection@etat.ge.ch.

     

     


    Documents de référence

    La mise en place et le respect des mesures sanitaires visent avant tout à :

    • éviter l'introduction du virus au sein des institutions
    • pouvoir détecter un cas positif
    • interrompre la chaine de transmission.

    COVID-19 : informations et recommandations pour les institutions médico-sociales telles que les homes et les EMS - 20.05.2022 - OFSP 

    Recommandations dans le secteur des soins à domicile 20.05.2022 - OFSP

    Plan de protection

    Les institutions hébergeant ou accueillant des personnes vulnérables doivent disposer d’un plan de protection actualisé garantissant que le risque de transmission est réduit pour les résidents, le personnel, les personnes en visite et les prestataires externes.

    Chaque établissement intègre dans son propre plan de protection les recommandations de l'OFSP et les directives du Conseil d'Etat.

    Curaviva Suisse et Insos mettent à disposition un document de base permettant aux institutions d’élaborer leurs propres plans de protection.

     


    Task Force EMS COVID-19

    La Task Force EMS COVID-19 a pour mission de centraliser les informations et d’harmoniser les pratiques et les mesures recommandées dans les EMS.

    Initiée par la Fédération genevoise des Etablissements médicaux sociaux (Fegems), la Task Force est constituée des membres suivants :

    • Association des infirmières cheffes et infirmiers chefs (AGIC)
    • Médecins des établissements pour personnes âgées à Genève (MEPAG’S)
    • Association professionnelle des intendants (API)
    • Association des directrices et directeurs d'établissements médico-sociaux genevois (ADEPAG)
    • Association genevoise des établissements médico-sociaux (Agems)
    • Fegems

     

     

     

     

     

    Dernière mise à jour
    25 septembre 2022

    Cette page vous a-t-elle aidé ?