1. L'essentiel en bref

Face à l’évolution de la situation sanitaire du pays, le canton de Genève a décidé, en concertation avec le Conseil Fédéral, de mesures exceptionnelles et inédites pour protéger les personnes à risque, les plus de 65 ans et pour soutenir le système de santé. Dès le lundi 16 mars et jusqu’au 8 avril, les élèves de l’école obligatoire, les élèves de l’enseignement secondaire II et les étudiants ne se rendent plus sur leur lieu de formation et restent à la maison pour lutter contre la propagation du virus. Il est très important qu’un maximum de personnes restent chez elles.

Le domaine de la petite enfance, l’école primaire et les structures de l’enseignement spécialisé assurent toutefois un accueil minimal pour les enfants des parents qui travaillent dans un domaine lié à la gestion de la crise du coronavirus.

(dernière mise à jour: 27 mars, 19h15)

La mission du département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP) est de maintenir ses prestations essentielles auprès des élèves, des enfants et des jeunes. Le département peut compter sur l'esprit civique et le sens des responsabilités de ses collaborateurs-trices pour mettre en œuvre les adaptations actuelles et à venir.

L'arrêté du Conseil d'Etat du 16 mars a de très fortes implications sur la gestion des écoles et lieux de formation. Les collaborateurs-trices du DIP qui ne contribuent pas directement à une activité liée à une prestation identifiée comme prioritaire dans la situation actuelle (notamment, promotion et protection de la santé, service d'accueil sous conditions dans l'enseignement primaire et spécialisé, protection des mineurs, préparation de la rentrée scolaire, évaluations nécessaires et certifications) ne se rendent plus sur leur lieu de travail. Ils et elles en sont informé·e·s par leur hiérarchie et poursuivent leur mission depuis chez eux, dans la mesure des priorités fixées par leur hiérarchie. Tous les membres du  personnel peuvent cependant être réquisitionnés pour d'autres tâches (plus de détails dans l'intranet DIP).

Les écoles, lieux de formation et structures d'accueil sont fermés. Quelles sont les conséquences ?

    Les élèves ne sont pas en vacances et ne sont pas déchargés de leurs obligations scolaires. Ils doivent rester joignables (directement ou via l'autorité parentale) par téléphone ou par e-mail pendant les heures normales de classe.

    Tous les élèves qui peuvent rester à la maison doivent rester à la maison, en évitant tout contact direct avec les personnes malades, âgées et vulnérables et en suivant les dispositions générales de prévention/protection.

    Les enseignant·e·s restent en service à domicile et doivent être joignables par les directions. Ils doivent rester atteignables durant les heures de travail, consulter régulièrement le site de l'école ainsi que leur messagerie et suivre les indications des directions d'établissement concernant les activités prévues. Ils organisent le travail pour leurs élèves et restent en principe à la disposition de ces derniers selon la grille horaire habituelle.

    Une partie du corps enseignant et du personnel administratif et technique peut être appelée par la hiérarchie à être présente dans les établissements, notamment pour assurer l’accueil minimal. Dans ce cas, le strict respect des recommandations de l’OFSP (distance sociale notamment) est assuré.

    Enseignement à distance (modifié)

    Pour en savoir davantage, regarder la conférence de presse du vendredi 27 mars 2020

    La fermeture des établissements scolaires implique des adaptations pédagogiques et l'engagement scolaire des élèves. Les directions d'établissement, en étroite collaboration avec la direction générale concernée et avec le support renforcé du service écoles-médias (SEM) sont en train de définir le planning des activités scolaires pour la période d'interruption des cours.

    Le service écoles-médias et les directions d'enseignement s'efforcent de permettre aux enseignant·e·s du cycle d'orientation et du secondaire II de continuer à travailler à distance avec leurs élèves.

    L'école à distance doit permettre le maintien des compétences et aider les jeunes à structurer leurs journées.

    Une durée maximale de travail scolaire quotidien a été fixée. Elle varie selon les degrés : 60 à 120 minutes de la 1P à la 4P, 90 à 150 minutes de la 5P à la 8P, 150 à 210 minutes au CO et au maximum l'équivalent de la grille horaire en présentiel pour les élèves du Secondaire II.

    Le lien avec les enseignants peut se faire grâce au déploiement de l'école en ligne, mais aussi sous forme papier, en fonction des réalités des familles. Des dispositions particulières ont été prévues pour les élèves qui ne disposent pas d'outils numériques (prêt de matériel informatique dans certaines circonstances, documents transmis sous forme papier).

    Evaluation

    Aucune évaluation certificative (avec note) ne peut se faire à distance, seules des évaluations formatives (indicatives, permettant un diagnostic) sont autorisées.

    Compte tenu du contexte, le Conseil d'Etat a également décidé de supprimer les épreuves cantonales prévues en mai à l'école primaire en 4P et 8P.

    Les TAF (tests d'aptitudes fondamentales) qui auraient dû avoir lieu à la mi-mars au CO et au Secondaire II sont également annulés.

    Pour ce qui est de l'évaluation de l'année scolaire en cours, à ce jour, aucune décision n'a encore été prise. Les principes qui guident les discussions sont de ne pas défavoriser les élèves et de permettre aux élèves et aux apprentis des classes terminales d'obtenir leur certification. Pour ceux qui terminent l'école primaire ou le cycle d'orientation, il s'agit de permettre leur orientation et la poursuite de leur parcours de formation.

    Soutien scolaire

    Pour les élèves déjà suivis par l’ARA, le soutien scolaire à distance (visionconférence ou contact téléphonique) peut être poursuivi et déployé par l'ARA à partir du 1er avril 2020. Les répétiteurs prendront progressivement contact avec les élèves à partir de cette date. Les modalités de ce suivi sont fixées par l’ARA.

    Mise en place d'un service d'accueil durant les vacances de Pâques

    Nous travaillons étroitement avec nos partenaires à l'organisation d'un service d'accueil minimal durant les prochaines vacances de Pâques pour les enfants de l'école primaire et de l'enseignement spécialisé.  Ce service sera à disposition des parents qui n'ont pas d'autre solution pour leurs enfants pendant cette période - et notamment ceux qui effectuent une tâche indispensable au vu de la situation actuelle (personnel de l'hôpital, des grandes surfaces, etc.). Les parents qui souhaiteraient en bénéficier doivent contacter la direction de l'école ou de l'institution qui accueille leur enfant aujourd'hui.

    Aide en ligne pour les enseignant·e·s du primaire

    Aide en ligne pour les enseignant·e·s du secondaire

    Accès aux bâtiments pour les élèves

    L'accès aux établissements pour les élèves n'est garanti qu'avec l'accord de la direction et/ou du personnel enseignant, notamment en cas de :

    • accueil scolaire sous conditions;
    • suivi de l'enseignement ou des évaluations;
    • collecte des effets personnels;
    • traitement des aspects administratifs.
    Les modalités sont variables en fonction des degrés d'enseignement ou type de formation
    Questions féquentes 

    Nous n'avons reçu aucune, ou très peu, nouvelles de l'école, est-ce normal ?

    Si vous n'avez pas encore reçu de nouvelles de la part de l'enseignant de votre enfant, cela ne devrait plus être le cas au milieu de cette semaine.

    La situation actuelle bouscule l'ensemble de l'organisation de la société. Concernant l'école, la priorité est donnée pour proposer des outils pérennes et utilisables par les élèves. Les enseignant·e·s se concentrent sur la prise en main de ces solutions. La communication des informations aux familles et aux élèves se fait parallèlement. Du point de vue pédagogique, l'objectif principal pour le moment est le maintien et la consolidation des connaissances et des compétences des élèves.

    Les parents ou les élèves peuvent-ils organiser des périodes d'études à domicile en invitant des amis ou des camarades ?

    La stratégie sanitaire du pays et du canton vise à réduire autant que possible les interactions physiques au sein de la population. Dans cet esprit, le Conseil d'Etat genevois a interdit les rassemblements publics et privés de plus de cinq personnes, à l'intérieur comme à l'extérieur (cette interdiction ne s'applique pas l'univers professionnel). Les réunions privées d'enfants ou de jeunes qui ne vivent pas sous le même toit doivent donc être évitées. Si cela n'est pas possible, vous devez respecter le nombre maximal autorisé lors de chaque réunion (cinq personnes au total) et appliquer les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique concernant l’hygiène et les distances à garder.

    (modifié) Je travaille au DIP et réside en France, ma hiérarchie me demande de venir travailler pour contribuer aux prestations prioritaires, que dois-je faire pour me déplacer et passer la frontière ?

    Depuis lundi 16 mars minuit, les autorités fédérales ont soumis la frontière franco-suisse à des contrôles stricts d'entrée sur le territoire. De leur côté, à compter du mardi 17 mars, les autorités françaises ont décidé de prendre des mesures pour réduire les contacts et déplacements au strict minimum sur l’ensemble du territoire français, pour quinze jours minimum. 

    Les travailleurs frontaliers peuvent toutefois traverser la frontière pour se rendre au travail en étant munis des documents mentionnés dans le tableau ci-dessous. 

    document douane frontalier

    (1) Attestation de domicile : par ex. Une facture à votre nom de moins de 6 mois d'électricité ou de gaz, d'eau, d'avis d'imposition, de justificatif de taxe d'habitation, d'assurance de logement, etc.
    (2) Attestation de l'employeur : La direction des ressources humaines (DRH) vous a transmis sur votre messagerie professionnelle une attestation justifiant que le déplacement professionnel ne peut être différé ou est indispensable à l'exercice d'activités ne pouvant être organisées sous forme de travail à domicile. Le cas échéant, il vous appartient de la compléter avec vos coordonnées personnelles.
    (3) Macaron facilitant le passage en frontière : La hiérarchie ou le service RH DG remet le "Macaron" personnel à un nombre limité de personnes. Ce macaron permet d'accéder aux voies rapides des postes frontières qui en disposent, ceci dans les deux sens.
    (4) attestation individuelle de déplacement dérogatoire : Attestation à imprimer, remplir, dater et signer chaque jour par le collaborateur ou la collaboratrice , selon les disposition des autorités françaises. https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

    Pour qui les masques d'hygiène sont recommandés ?


    L’Office fédéral de la santé publique (OFSP)  ne recommande pas aux personnes en bonne santé de porter de masques d’hygiène dans l’espace public (14.03.2019). 

    Pour la population, la mesure la plus importante et la plus efficace pour se protéger et pour protéger les autres contre une contamination (par des agents pathogènes provoquant des infections respiratoires) consiste à respecter les règles d’hygiène et de conduite, notamment la distance sociale (voir « Voici comment nous protéger »).

    Le port d'un masque d'hygiène (masques chirurgicaux, masques OP) est recommandé seulement lors de situations bien précises :

     

     

     Toutes les questions fréquentes sur l'enseignement, les lieux de formation et la vie scolaire.

    En savoir plus sur la situation générale à Genève et en Suisse 

    Hotline Geneve 0800 909 400

     

     

    Avez-vous un commentaire sur cette page?