COVID-19 – Conséquences fiscales de la pandémie

2. Conséquences de la pandémie sur ma déclaration 2020

J'ai dû télétravailler durant la période de la pandémie de COVID-19, que puis-je déduire?

Sous l'angle fiscal, le télétravail se définit comme l'occupation durable d'une pièce uniquement dédiée à l'activité professionnelle lorsqu'aucune place de travail n'est mise à disposition par l'employeur pour l'exercice de l'activité de son employé. 

Dans le contexte spécifique du COVID-19, le télétravail rendu nécessaire en raison de la pandémie n'est pas considéré comme une activité durable.

Si vous répondez aux critères ci-dessus, vous pouvez déduire la part du loyer afférente à la pièce exclusivement dédiée à l'activité professionnelle. Vous pourrez être amené à nous démontrer que la pièce dédiée est affectée à un usage professionnel.

Il est rappelé que la déduction des frais professionnels est admise qu'à la condition qu'ils dépassent la déduction forfaitaire de 3% du salaire net (comprise dans une fourchette entre 599 francs et 1'697 francs à l'ICC, et entre 2'000 francs et 4'000 francs à l'IFD). Il vous appartiendra de joindre à votre déclaration fiscale une liste détaillée, justificatifs à l'appui des frais demandés ainsi qu'une copie du bail à loyer.  

Le fait de télétravailler depuis une pièce commune (salon, salle à manger par exemple) ne donne lieu à aucune déduction particulière. Les frais pris en charge (ou remboursés) par l'employeur ou les dépenses relevant de la convenance personnelle ne sont pas déductibles.

Puis-je déduire l'achat de masques de protection, de gel hydro-alcoolique et de gants?

Les dépenses préventives ne sont pas déductibles au titre de frais médicaux. L'achat de masques de protection, de gel hydro-alcoolique et de gants intervenant sur recommandation des autorités sanitaires (par ex. OFSP) constituent des dépenses préventives.

Pour rappel, seuls les frais provoqués par la maladie et les accidents du contribuable sont déductibles au titre de frais médicaux. La circulaire fédérale n°11 du 31 août 2005 précise le cadre de la déduction. En substance, sont considérés comme des frais médicaux déductibles les dépenses engagées pour des traitements thérapeutiques c’est-à-dire des mesures destinées à conserver et rétablir l’état de santé physique ou psychique, notamment les traitements médicaux, les hospitalisations, les traitements médicamenteux, les vaccinations, les appareillages médicaux, les lunettes et lentilles de contact, les thérapies, les traitements de la toxicodépendance, etc.
Cependant, si l'achat de masques ou autres moyens de protection intervient dans le cadre d'une prescription du médecin en lien avec une maladie, les sommes engagées sont alors déductibles au titre de frais médicaux. 

Qu'en est-il de mes frais de repas?

Si l'établissement (cafétéria, restaurant d'entreprise) a été majoritairement fermé durant l'année 2020 (plus de 120 jours), mon employeur ne doit pas cocher la case G de mon certificat de salaire.
Je ne pourrais faire valoir des frais de repas qu’à concurrence du nombre de jours de travail effectués sur le site de l’entreprise. Les frais de repas ne sont pas déductible lors des journées télétravaillées.

Compte tenu de la crise sanitaire, j'ai préféré utiliser mon véhicule privé plutôt que les TPG. Que puis-je déduire comme frais de déplacement?

Sous certaines conditions (voir page 25 du guide fiscal), la déduction des frais forfaitaires pour frais professionnels (3%, minimum 599.-, maximum 1'697.-) peut être déplafonnée.

Si vous remplissez ces conditions, vous pouvez faire valoir vos frais de déplacements à hauteur de maximum :

  • 500.- pour l'impôt cantonal et communal
  • 3'000.- pour l'impôt fédéral

 

Dernière modification
29 janvier 2021
Vos remarques nous aideront à améliorer le site.