Le projet de renaturation de l’Aire lauréat du Prix du paysage du Conseil de l’Europe

Type de publication:
Date de publication:
15 octobre 2019
Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a décerné le Prix du paysage du Conseil de l’Europe au projet « Renaturation du cours d’eau de l’Aire » projet phare de la République et canton de Genève.
L'Aire renaturée

Le 16 octobre 2019, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a décerné le Prix du paysage du Conseil de l’Europe au projet « Renaturation du cours d’eau de l’Aire ».

L'office fédéral de l'environnement (OFEV) avait retenu le projet cantonal genevois de revitalisation de la rivière Aire pour représenter la Suisse pour la première fois au Prix du paysage du Conseil de l’Europe. Un projet porteur d’avenir au développement du paysage qui convainc en faisant se côtoyer détente et écologie et répond également à la question actuelle de savoir comment doivent évoluer les paysages situés dans la zone d’influence des aires urbanisées qui se densifient.

Le jury du Prix du paysage du Conseil de l'Europe, composé d'experts internationaux, a sélectionné la renaturation de l'Aire à l'unanimité parmi 22 autres pays candidats. Il a souligné le "processus de création d’un paysage évolutif et multifonctionnel, dans lequel une intervention pluridisciplinaire et concertée a permis de restituer, à un cours d’eau auparavant canalisé, son espace de liberté dans un cadre territorial péri-urbain et urbain."

Le projet a non seulement permis de créer un précieux biotope pour les plantes et les animaux, mais aussi un espace de détente apprécié de la population, à l'abri des crues.

 

Le projet de renaturation de l'Aire

L'Aire, avant la renaturation

L'Aire, avant la renaturation

L'Aire, apres renaturation

L'Aire, après la renaturation

 

Lors du lancement du programme de renaturation des cours d'eau en 1998, l'Aire était l'une des rivières les plus dégradées du canton de Genève. Canalisée sur près de la moitié de son tracé genevois, elle se retrouvait même enterrée sur la fin de son parcours et déconnectée biologiquement de l'Arve dans laquelle elle se jette. Pour des raisons sanitaires, la pêche et la baignade y étaient interdites depuis les années 80. Une grande partie de la faune et de la flore avait disparu du cours d'eau dont le secteur amont se retrouvait complètement asséché certains étés. Des enjeux liés à la gestion des crues subsistaient également, en raison notamment d'insuffisances du système d'évacuation des eaux de pluies à Lully.

En 2000, le canton de Genève a ainsi lancé un appel d’offres pour un mandat d’étude en vue de la renaturation de l’Aire en zone rurale. Un projet phare pour Genève qui a dû prendre en considération tant les objectifs liés à la protection contre les inondations, qu'à l'environnement, au paysage, à l'agriculture, aux loisirs et à la détente :

  • Rétablir une qualité des eaux
  • Augmenter la valeur écologique globale de l'Aire et de son Vallon
  • Valoriser les fonctions de détente et de loisirs pour la population
  • Minimiser les risques liés aux crues pour les riverains

La réalisation du projet s’est déroulée en trois étapes à partir de 2002 :

  • Etape 1 (2002 et 2006) : Pont des Marais - Pont du Centenaire
    • Tronçon pilote, expérimentation des solutions techniques valables pour l'ensemble du projet (disparition du canal de béton au profit d'une rivière naturelle)
  • Etape 2 (2008 à 2010): Pont de Certoux - Pont de Lully
    • Partie centrale en matière de sécurité pour protéger les habitations des villages de Certoux et de Lully, élargissement de la rivière et gestion des eaux de ruissellement en provenance du secteur du haut de la plaine de Lully
  • Etape 3 : Pont de Lully - Pont des Marais
    • Concept inédit de restauration du nouveau lit de l'Aire qui laisse la rivière créer elle-même son chemin à travers un maillage initial en forme de losanges. L'action de l'eau forme des érosions, des plages; en fait crée de nouveaux milieux évolutifs propices à l'installation d'une flore et d'une faune très diversifiée.
    • Création de la Promenade de l'Aire en intégrant partiellement l'ancien canal remblayé, de jardins d'eaux, de pelouses et de zones de détente
    • Amélioration de la protection contre les inondations du quartier urbain de la Praille-Acacias-Vernets.

Une quatrième étape, dont l’achèvement est planifié pour 2022, prévoit la renaturation de l’Aire depuis le village de Certoux jusqu’à la frontière française. La demande d’autorisation de construire a été déposée cet été et les travaux devraient durer deux ans.

Au total, ce seront 4,5 km de rivière revitalisée qui a déjà su satisfaire tous les partenaires concernés (associations d'habitants riverains, autorités communales, organisations agricoles, associations de protection de l'environnement, etc.) intégrés depuis le début du projet.


Ces dernières années, le projet de renaturation de l'Aire a également été récompensé par le Prix Schulthess des jardins en 2012, le Prix Hochparterre - Die Besten (catégorie "paysage") en 2015, la distinction SIA section Genève (catégorie « urbain –paysage »), le prix Bilan de l’immobilier (catégorie « Aménagement extérieur ») et le prix du public à la 9e biennale internationale du paysage de Barcelone en 2016,  la distinction Umsicht – Regards – Sguardi remis par la Société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA), la médaille d'argent au "Fassa Bortolo International Prize for Sustainable Architecture" de l'Université de Ferrara en 2017, la distinction romande d'architecture 4 (DRA IIII), et le Landezine International Landscape Award (catégorie "projet") en 2018.

 

Partagez cette page