Enquête suisse sur la structure des salaires (2020)

inégalités salariales
inégalités salariales
Réduction progressive des inégalités entre les sexes

Dans l’ensemble de l’économie, l’écart global de salaire (valeur médiane) entre les femmes et les hommes se réduit progressivement: il s’élevait à 10,8% en 2020 contre 11,5% en 2018, et 12,0% en 2016. Ce différentiel de rémunération entre les sexes s’explique en partie aussi bien par des profils structurels distincts (notamment en fonction du niveau de responsabilité du poste occupé) et qu’en raison des types d’activité économique exercée.

Ces écarts salariaux reflètent le niveau inégal d’insertion professionnelle du personnel féminin et masculin dans le marché du travail. Les écarts salariaux entre les sexes sont d’autant plus marqués que la position dans la hiérarchie est élevée. Ainsi, les femmes occupant les postes à haute responsabilité gagnent 9249 francs bruts alors que la rémunération de leurs collègues masculins — occupant le même niveau de responsabilité — se monte à 11 116 francs, soit une différence de 16,8% (contre 18,6% en 2018).

L’écart salarial en défaveur du personnel féminin est moins marqué pour les postes de travail exigeant des niveaux plus bas de responsabilités soit 9,3% (contre 9,4% en 2018) et de 6,9% (contre 7,6% en 2018) pour les femmes sans fonction de cadre. En 2020, la répartition des femmes et des hommes en fonction des classes salariales des postes occupés était la suivante: 58,0% des postes dont le niveau de salaire est inférieur à 4500 francs bruts par mois sont occupés par des femmes (contre 58,3% en 2018). À l’inverse, 80,2% des emplois dont la rémunération dépasse 16 000 francs bruts mensuels sont occupés par des hommes (contre 82,4% en 2018).

Communiqué de presse de l'Office fédéral de la statistique (OFS)