COVID-19 - Informations concernant les affaires vétérinaires

Coronavirus – informations concernant les affaires vétérinaires
Coronavirus – informations concernant les affaires vétérinaires
Le nombre maximal de personnes pouvant participer à des activités avec des animaux a été assoupli depuis le 31 mai 2021. Il est désormais possible de se retrouver jusqu’à 50 participants maximum. Un public jusqu’à 100 personnes à l’intérieur et 300 en plein air est désormais également autorisé. Cependant, il est conseillé de privilégier, si possible, les activités en plein air et de se faire tester au préalable.

Transmission du coronavirus par les animaux

Actuellement, les animaux domestiques et les autres animaux jouent un rôle très faible dans l'infection par le coronavirus. Si des animaux domestiques sont détenus au domicile d'une personne ayant la maladie COVID-19, il est nécessaire respecter les mesures de précaution supplémentaires édictées par l'Office fédéral de la santé. En décembre 2020, un premier chat a été testé positif en Suisse, celui-ci vivait dans un ménage d'une personne également positive au COVID-19. Dans les autres cas, les règles d'hygiène normales pour le contact avec les animaux s'appliquent. 

En Suisse, aucun vaccin contre le COVID-19 destiné aux animaux n’a été homologué.

Plus d'information sur le site de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires.

Cabinets vétérinaires

Les cabinet et cliniques vétérinaires sont autorisés à proposer toutes les prestations, y compris celles qui ne sont pas urgentes. Le service d'urgence continue d'être maintenu.

Les vétérinaires sont particulièrement exposés par leurs contacts avec les propriétaires d’animaux et il importe que les mesures permettant de garantir la protection de la clientèle et des employés continuent d'être respectées.

Dans tous les cas, contactez votre vétérinaire traitant avant de vous rendre sur place et respectez scrupuleusement les mesures mises en place par le cabinet.

Garde d'animaux

Si la situation COVID-19 devait davantage se dégrader, les animaux pourraient alors devenir des victimes collatérales de la crise sanitaire.

Nous invitons chaque détenteur à anticiper une hospitalisation ou un confinement total pour faire garder son animal (proche, collègue, voisinage). 

Nous comptons sur la solidarité des uns et des autres afin d'éviter que les refuges se retrouvent débordés par les abandons.

  • Lors de visite pour la garde d'un animal, il est important de respecter les règles d'hygiène de base et les mesures de précaution supplémentaires édictées par l'OFSP, notamment se laver les mains après avoir touché l'animal même si ce dernier n'est pas directement concerné par le covid-19.
  • Les personnes en quarantaine à cause du coronavirus et les personnes malades et confinées à domicile devraient, à titre préventif, limiter au strict nécessaire le contact avec leurs animaux de compagnie (par exemple chats, chiens ou lapins). Elles doivent cependant continuer d’assurer une prise en charge et des soins suffisants. Il n’est pas judicieux de laver les chiens, les chats ou les autres animaux de compagnie plus que d’habitude, ni de les désinfecter.
  • Si votre animal a besoin de soins vétérinaires durant une période de d'auto-quarantaine ou d’auto-isolement, prendre contact avec son vétérinaire et lui indiquer expressément que vous êtes en auto-quarantaine ou auto-isolement à domicile.

Ecoles d'équitation et pensions pour chevaux

La dérogation dont bénéficiaient les installations utilisées pour la pratique des sports équestres, comme les manèges à l’intérieur ou en plein air, a été abrogée. En effet, les activités sportives en groupes de 50 personnes au plus nées en 2000 ou avant (responsable compris) sont de nouveau autorisées à l’intérieur et en plein air pour tous les sports sans contact physique. 

Les compétitions de sport amateur ou professionnel regroupant 50 personnes au plus sont autorisées avec un public jusqu’à 100 personnes à l’intérieur et 300 en plein air (art. 6, al. 1bis, obligation de s’asseoir et occupation de la moitié des places assises seulement). 

Les restaurants des clubs peuvent être exploités dans le respect des règles en vigueur (art. 5a). 

Lors des manifestations publiques, comme les compétitions, l’exploitant peut autoriser la consommation de repas ou boissons à la place assise. Il doit cependant collecter les coordonnées de tous les visiteurs. 

Ces prescriptions s'appliquent aux activités menées dans des installations accessibles au public, par ex. des halles d’entraînement, et en plein air. La seule différence réside dans l’exigence du port du masque et du respect des distances.

  • A l'intérieur : les personnes concernées doivent porter un masque facial et respecter la distance requise (elles peuvent renoncer au port du masque dans de grands locaux, pour autant que des règles supplémentaires en matière de distance et la limitation des capacités soient appliquées).
  • En plein air : les personnes concernées doivent porter un masque facial ou respecter la distance requise. Il est possible de renoncer au port du masque à l’intérieur seulement si la surface des locaux satisfait aux exigences plus strictes définies à l’annexe 1, ch. 3.1quater et si les coordonnées sont collectées conformément à l’art. 5.

Dans tous les cas, les règles de conduite émises par l'OFSP pour les milieux professionnels, notamment un plan de protection élaboré par la branche, doivent être  respectées. Il est conseillé de privilégier si possible les activités sportives et les cours en plein air et de se faire tester au préalable.
 

Sortir avec des animaux

Les promenades des animaux à l'extérieur du lieu de détention sont autorisées à condition que le détenteur ne soit pas lui-même confiné. Les espaces de liberté pour chiens sont ouverts sans limitation du nombre de personnes. Dans ce cadre, il y a lieu de respecter les mesures de précaution supplémentaires édictées par l'OFSP.

  • Les détenteurs d’animaux qui font partie des personnes vulnérables (plus de 65 ans, maladie préexistante selon la liste de l’OFSP) peuvent sortir leurs chiens à l’air frais en respectant les mesures de précautions supplémentaires édictées par l'OFSP.
  • Les chiens d’un foyer dans lequel vit une personne confinée ou en quarantaine à domicile doivent être promenés par des tierces personnes en bonne santé qui ne sont ni en confinement ni en quarantaine. Ils ne peuvent être sortis qu’en laisse à l’air frais, de sorte qu’ils puissent faire leurs besoins. Il faut alors éviter les contacts avec d’autres personnes et d’autres animaux. Avant de remettre le chien à une tierce personne ou après l’avoir récupéré, les détenteurs de l’animal (éventuellement) infectés doivent se laver soigneusement les mains et respecter les mesures d’hygiène recommandées (1,5 m de distance, etc.). Il faut éviter d’entrer dans le domicile de la personne malade lorsque l’on récupère l’animal, afin d’éviter autant que possible tout risque de contagion entre les personnes.

Cours d'éducation pour les chiens

Conformément aux informations de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, les écoles canines sont autorisées à proposer des cours de socialisation et d'éducation des chiens (socialisation des chiots, cours pour jeunes chiens, autres cours d'éducation) sur leurs terrains extérieurs et dans les halles. Par analogie avec la réglementation des sports de plein air, la taille des groupes est limitée à un maximum de 50 personnes, y compris le responsable.

Si l'espace extérieur d'une école de dressage de chiens peut être divisé en zones clairement définies et suffisamment grandes, empêchant ainsi le mélange des groupes à tout moment, il est permis d'enseigner à plusieurs groupes en même temps. Toutefois, ni l'instructeur ni les participants individuels et leurs chiens ne peuvent changer de groupe ou de zone.

Les leçons individuelles sont toujours autorisées (art. 6d, al. 1, lettre b). Là aussi, les règles de distance et d'hygiène doivent être respectées à tout moment. 

Les cours destinés aux détenteurs de chiens mais sans la présence de l’animal peuvent de nouveau être organisés en présentiel (art. 6d, par ex. séminaires, cours théoriques). Les locaux dans lesquels ces cours ont lieu ne peuvent être remplis qu'à la moitié de leur capacité au plus. En règle générale, le nombre de personnes présentes est limité à 50. Les participants doivent porter un masque et respecter les règles de distanciation et d’hygiène.

Les leçons individuelles d’éducation canine et les activités faisant partie d’une formation officielle dont la nécessité peut être prouvée, comme par exemple les cours ordonnés au cas par cas par le service vétérinaire cantonal, restent autorisés.

Les sports canins en plein air et dans des halles sont autorisés s’ils sont exercés en groupes d’au maximum 50 personnes nées en 2000 ou avant (chef compris) sans contact physique. En plein air, les participants doivent porter un masque ou respecter les distances à tout moment; à l’intérieur, ils doivent porter un masque et respecter les distances. Il est possible de renoncer au port du masque à l’intérieur seulement si la surface des locaux satisfait aux exigences plus strictes définies à l’annexe 1, ch. 3.1quater et si les coordonnées sont collectées conformément à l’art. 5. E plein air, il n'est possible de renoncer au port du masque et à la distance requise que si les coordonnées sont collectées.

Il n'y a pas de restriction pour les enfants et les jeunes nés en 2001 ou après.

Les compétitions regroupant 50 personnes au plus sont autorisées avec public, jusqu'à 100 personnes à l'intérieur et 300 en plein air.  (art. 6, al. 1bis, obligation de s'asseoir et occupation de la moitié des places assises seulement).

Dans tous les cas, les règles de conduite émises par l'OFSP pour les milieux professionnels, notamment un plan de protection élaboré par la branche, doivent être respectées. Il est conseillé de privilégier si possible les activités sportives et les cours en plein air et de se faire tester au préalable.  

Passer la frontière avec un animal

Les échanges internationaux d’animaux vivants restent possibles. On ne peut cependant exclure des bouchons sur les routes, des difficultés de dédouanement ou des refoulements à la frontière, lesquels peuvent rapidement générer des situations problématiques et évitables de protection des animaux.

Pour le passage en douane, consulter le site de l’Administration fédérale des douanes ainsi que celui de la Direction générale des douanes et droits indirects (France)

Pour entrer aux Emirats Arabes Unis (UAE), il est exigé une attestation de non-contact de l'animal de compagnie avec une personne positive à la COVID-19 durant les 14 derniers jours avant le voyage.
Ces garanties sanitaires supplémentaires ne peuvent être reconnues officiellement par le SCAV et nous nous voyons dans l'impossibilité de valider un tel document si celui-ci devait nous être présenté.
 

Animaux de rente

  • Le maréchal-ferrant, pareur d’onglons, technicien-inséminateur ou tondeur est autorisé à se rendre dans les exploitations à l’endroit où se trouve l’animal dont il doit s’occuper. Les recommandations de l’OFSP doivent être prises en compte. Il faut en particulier éviter les rassemblements de personnes et maintenir une distance de 2m si plusieurs personnes sont présentes.
 
Voir aussi

Infos COVID-19 à Genève

Ordonnance COVID-19 situation particulière, RS 818.101.26 - Conseil fédéral

Plan de protection - SECO

Office fédéral de la consommation et des affaires vétérinaires  - OSAV

FAQ : nouveau coronavirus et animaux de l'office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires - OSAV