Page d'accueil de geneve.ch

Site officiel de l'Etat de Genève

Home | Recherche | Annuaires | Départements  
 

Département de la sécurité

 

Titre Sécurité civile

Haut illustration
Illustration: Sécurité civile
Bas illustration

Sirènes d'alarme

A l'instar des autres cantons suisses, Genève dispose d'un réseau de sirènes destinées à alarmer la population en cas de danger.

En effet, la plupart des catastrophes sont des événements d'importance locale ou régionale. L'alarme doit être donnée à toute la population de la zone concernée. Pour ce faire, la Suisse dispose d'un réseau dense de sirènes couvrant tout le pays. L'OFFICE FEDERAL DE LA PROTECTION DE LA POPULATION (OFPP) a pour mission d'adapter en permanence les systèmes d'alarme aux dernières innovations techniques et de les maintenir en état de fonctionnement, avec la collaboration des cantons ( Loi fédérale sur la protection de la population et la protection civile (LPPCi) du 4 octobre 2002, art. 43 al. a)

Le réseau genevois se compose aujourd'hui d'une centaine d'appareils fixes répartis sur l'ensemble du territoire. De plus, des alarmes-eau destinées aux habitants domiciliés en aval des barrages hydroélectriques de Verbois et de Chancy-Pougny sont également en service.

ESSAIS ANNUELS

Chaque année à la même période, respectivement le 1er mercredi de février, la protection civile procède dans toute la Suisse aux essais des sirènes d'alarme. Tout signal d'alarme générale qui retentirait à un autre moment signifie que la population pourrait être menacée.

Les essais annuels répondent à un double objectif :

  1. Vérifier le bon fonctionnement de l'installation.
  2. Informer la population afin qu'elle connaisse les consignes sur le comportement à adopter en cas d'alarme(s) réelle(s).

Les défectuosités éventuelles ne peuvent être détectées que lors d'essais. C'est pourquoi ces derniers sont nécessaires. En effet, comme pour tout appareil, des défaillances peuvent survenir. Elles sont heureusement rares et ne dépassent pas les 3% de l'ensemble du « réseau » helvétique.

Par ailleurs, ces essais permettent de contrôler la couverture sonore du territoire genevois par les sirènes. A l'intérieur des bâtiments recevant du grand public, des alarmes supplémentaires s'enclenchent et des consignes sont diffusées aux occupants. Il en est de même dans les transports publics où la régulation centralisée transmet aux chauffeurs et aux usagers les directives utiles.

Les consignes en cas d'alarme générale (son ondulant pendant une minute) sont simples.

Il est impératif d'écouter la radio (Radio suisse romande).

Les portes et les fenêtres seront fermées et les personnes âgées seront averties. Afin d'éviter une surcharge du réseau, il sera évité de téléphoner à toute la famille.

Surpris dans la rue, on se rendra dans l'habitation la plus proche, un commerce, un centre d'activité ou une administration. A bord de son véhicule, l'automobiliste arrêtera la ventilation, remontera les fenêtres et enclenchera la radio.

ALARMES REELLES

En principe, le signal d'alarme est déclenché à la demande de la CENTRALE NATIONALE D'ALARME (CENAL), une division de L'OFFICE FEDERAL DE LA PROTECTION DE LA POPULATION. La CENAL est l'organe de la Confédération spécialisé dans les événements extraordinaires, parmi lesquels figure en première ligne le danger d'une augmentation de la radioactivité suite à un accident dans une centrale nucléaire, dans un laboratoire ou lors d'un transport. D'autres catastrophes relèvent également des compétences de la CENAL, comme les accidents chimiques majeurs, les ruptures de barrage ou les chutes de satellites.

L'OFFICE FEDERAL DE METEOROLOGIE ET DE CLIMATOLOGIE (MétéoSuisse) et l'INSTITUT FEDERAL POUR L'ETUDE DE LA NEIGE ET DES AVALANCHES (ENA) sont les organes spécialisés compétents pour alerter les autorités et faire des recommandations générales à l'intention du public concernant le comportement à observer en cas de danger représenté par les intempéries, comme des ouragans violents ou de fortes précipitations, ainsi qu'en cas de danger d'avalanche. Ces deux organes travaillent en étroite collaboration avec la CENAL. L'alarme-eau est déclenchée par les exploitants d'ouvrages d'accumulation.

Pour la population, le message donné par l'alarme générale est clair: il faut tout de suite écouter la radio. C'est par ce moyen que le public peut être atteint 24 heures sur 24.

En principe, chaque autorité compétente a la possibilité et le droit de faire fonctionner les sirènes en cas d'événement local ou régional. A Genève, la police cantonale est informée préalablement lorsqu'un déclenchement des sirènes s'avère indispensable.

ALARME INTEMPESTIVE

Lors d'un déclenchement intempestif de/une sirène(s), le service des transmissions police intervient auprès de la Société suisse de radiodiffusion et télévision pour annoncer sur les ondes qu'une ou plusieurs sirènes se sont mises en route accidentellement et que la population n'a pas à en tenir compte.

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

Des renseignements complémentaires sur l'alarme et les consignes de comportement à observer figurent dans l'annuaire téléphonique, aux dernières pages de chaque tome, sous la forme d'un aide-mémoire intitulé "Alarme transmise à la population en cas de danger". Ces indications sont désormais aussi disponibles sur le télétexte, à la page 662.

contact  |  page d'accueil de la section  |  haut de page