Ecusson de l'Etat de Genève

Site officiel de l'Etat de Genève

| Home | Recherche | Annuaires | Départements | Conditions d’utilisation
Fond du bandeauVignette du bandeau
a a a

o21. Policier - Tatouages/Piercings

Tatouages ou assimilé (scarification etc.)

Le tatouage relève à la fois de l'intégrité corporelle et des libertés individuelles. Il ne peut donc pas faire l'objet d'une interdiction absolue.
En revanche, les tatouages portant atteinte à l'image de l'institution et de la collaboratrice ou du collaborateur (ci-après tout au masculin) sont prohibés. Il s'agit :

La direction de la police a la liberté de tolérer éventuellement un ou plusieurs tatouages présents sur les avant-bras, pour autant qu'ils n'entrent pas dans la catégorie ci-dessus.
Le-les tatouage-s incriminé-s peut-peuvent être admis mais le port de manches longues est imposé au collaborateur en tout temps durant l'exercice de sa fonction.

Piercings ou assimilés (par ex. boucles d'oreilles)

Les piercings non visibles lorsque le policier est habillé (en tenue civile ou en uniforme) font partie de la sphère intime de chacun. Ils ne peuvent donc pas faire l'objet d'une interdiction absolue.
En revanche, les piercings portant atteinte à l'image de l'institution et du collaborateur, et présentant un risque de blessure accru pour le policière sont prohibés. Il s'agit :

La direction de la police a la liberté de tolérer éventuellement un ou plusieurs piercings, pour autant qu'ils n'entrent pas dans la catégorie en question.

Autres méthodes de modification corporelle (implant, écarteur d'oreille etc.)

Les règles en vigueur pour les tatouages et les piercings sont également valables pour ce type de pratique.

Annonce par le candidat : Le candidat qui se présente au recrutement pour l'école de police est tenu d'annoncer spontanément, par le biais d'une rubrique figurant sur le formulaire d'offre de service, tout tatouage, piercing ou assimilé et autre-s modification-s corporelles. Il devra en outre informer spontanément l'officier durant son entretien d'embauche. Dans le cas contraire, des sanctions pourront être prises, pouvant aller jusqu'à l'exclusion du processus de sélection et ou de l'école de police.

Par la suite, en tant qu'aspirant ou policier, il devra se conformer à la présente directive pour tout tatouage, piercing ou autre modification corporelle.