Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

e-démarchesChanger la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la pageContactez-nousPlan du siteFoire aux questions Conditions d'utilisation

Recherchez dans:

Recherche avancée

ge.ch Démarches Organisation Thèmes Chemin de vie  
 

Instruction publique, culture et sport

Actualité

19.8.2014

Rentrée scolaire 2014-2015: Des moyens assurés pour une école de qualité


Rentrée scolaire 2014

La rentrée se fera dans de bonnes conditions ! Alors que la situation est tendue dans la plupart des cantons romands, à Genève il n'y a pas eu de mesures d'économies péjorant les conditions d'enseignement pour cette rentrée 2014-2015. Ainsi 231 postes supplémentaires permettront de faire face aux augmentations d'effectifs dans les différents degrés d’enseignement. Parmi les innovations de cette rentrée, l’introduction du mercredi matin s’effectuera de manière sereine. Par ailleurs, le département a rappelé ses priorités : la lutte contre l’échec scolaire, une meilleure orientation des élèves et le développement de « l’école inclusive ». Ceci, afin de tendre vers l’objectif « un jeune = une formation ».

Comme annoncé ce printemps, le département confirme que la rentrée scolaire 2014-2015 s’effectuera dans des conditions similaires à celles de 2013, grâce notamment aux postes supplémentaires obtenus pour faire face à l’augmentation démographique. En outre, le soutien éducatif se verra renforcé: cinq postes d’éducateurs supplémentaires sont prévus au primaire et un poste sera créé au Centre de la transition professionnelle (CTP).

Parmi les points forts, conformément à la volonté populaire, le mercredi matin sera introduit pour les élèves de la 5e à la 8e primaire. Cette demi-journée d’école supplémentaire permettra l’apprentissage de l’anglais dès la 7e et le renforcement du français et de l’allemand. Les conditions sont réunies pour une mise en œuvre sereine du mercredi matin : des personnes compétentes ont pu être recrutées pour les 111 postes supplémentaires alloués. De plus les élèves de la 1ère à la 4e primaire bénéficieront de 30 postes supplémentaires d’enseignants chargés du soutien pour les apprentissages fondamentaux, comme la lecture. Enfin, 10 postes ont été attribués pour l’introduction du nouvel horaire dans les classes spécialisées des écoles de quartier.

Par ailleurs, la conseillère d’Etat a rappelé l’importance de l’orientation scolaire. Mal réalisée, elle augmente de manière significative le risque d’échec scolaire. Aujourd’hui, 25% des élèves commençant le collège ne le terminent pas et plus de 1000 jeunes quittent chaque année le secondaire II sans aucune certification. Cette situation n’est plus acceptable et représente un défi majeur du DIP pour les prochaines années. Les modifications réglementaires entrant en vigueur au secondaire II (limitation des redoublements et des dérogations) visent à éviter les échecs à répétition et les parcours chaotiques. Etant donné le rôle essentiel du cycle d’orientation dans ce processus, une évaluation du « nouveau CO » mis en place en 2011, a débuté. Mieux orienter les élèves, c’est aussi valoriser la formation professionnelle en entreprise. A cet effet, le DIP présentera prochainement un plan d’action visant à augmenter le nombre de places d’apprentissage en voie duale.

Pour répondre à l’obligation constitutionnelle de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans une première étape consiste en l’ouverture de « l’espace Lullin ». Cette structure destinée aux jeunes en risque de rupture scolaire leur permettra de reconstruire un projet de formation, à travers la mise en œuvre de solutions individualisées.

Enfin, le département a annoncé sa volonté de voir se développer « l’école inclusive ». S’axant autour de l’idée que le système éducatif doit s’adapter et prendre en compte les besoins individuels, « l’école inclusive » vise à intégrer tous les enfants quelles que soient leurs difficultés, capacités ou origines. Parmi les mesures concrètes, on peut relever l’introduction d’aménagements pour les élèves souffrant de troubles du spectre autistique ou encore la pérennisation des assistants à l’intégration scolaire (AIS).

« Si j'ai consacré toute ma vie professionnelle à l'école, c'est bien parce que je crois profondément qu'investir dans la formation, c'est investir pour l’avenir ! Je n'accepterai donc pas de détérioration de notre système éducatif et je continuerai à m'engager pour une école genevoise de qualité » a conclu Anne Emery-Torracinta.



Pour tout complément d’information :
  • Mme Anne Emery-Torracinta, conseillère d’Etat
  • Mme Marianne Frischknecht, secrétaire générale
En contactant Mme Teresa Skibinska, secrétaire générale adjointe, DIP:
T. +41 (22) 546 69 35 ou 079 503 77 99, email: teresa.skibinska@etat.ge.ch


Télécharger

haut de page