Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

e-démarchesChanger la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la pageContactez-nousPlan du siteFoire aux questions Conditions d'utilisation

Recherchez dans:

Recherche avancée

ge.ch Démarches Organisation Thèmes Chemin de vie  
 
Ge.ch > Organisation > Chancellerie > Communiqués > 2011 > 27 novembre 2011

Chancellerie d'État

2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001 | 2000 | 1999

Communiqué de presse de la chancellerie d’Etat

Votation du 27 novembre 2011

Second scrutin en ligne ouvert à tout le canton: Grande satisfaction des utilisateurs

Pour la seconde fois en Suisse, un canton dans son entier a eu accès au vote électronique. Du 28 octobre au 26 novembre, les quelque 240'000 électrices et électeurs genevois ont pu répondre sur Internet aux cinq questions qui leur étaient posées. Malgré la faible participation globale (34,5%) près d’un vote sur cinq a été émis en ligne. Il s’agit du vingtième scrutin électronique à Genève depuis 2003.

Le nombre élevé de scrutins en 2011, la proximité des élections fédérales, la technicité des questions posées ce 27 novembre et l’absence de votation fédérale peuvent expliquer pourquoi la participation globale pour cette dernière votation de l’année est basse. Dans ce contexte, le vote par Internet confirme son statut de second canal de vote, derrière le vote postal, loin devant les locaux de vote (5,4%).

Au total, 15'791 électrices et électeurs ont voté en ligne pour ce scrutin, dont 85 étrangers résidents à Chêne-Bougeries, où une votation communale avait lieu. Ce total se divise en 13'395 votes des Genevois résidents et 2396 votes des Genevois de l’étranger. En pourcentages, la participation en ligne s’établit à 18,9% (17,2% pour les électeurs résidents et 42,5% pour les Genevois de l’étranger). S’agissant des cinq objets soumis au peuple, les choix des utilisateurs du vote électronique sont parfaitement alignés sur les résultats finaux consolidés.

Un questionnaire était proposé aux utilisateurs du vote en ligne au terme de la procédure de vote, afin d’évaluer leur degré de satisfaction. 74,1% des usagers de l’application ont répondu aux questions posées. 80% d’entre eux se disent très satisfaits de la simplicité et de la rapidité du processus de vote électronique et 71% trouvent l'application très conviviale et facile d'accès. Sur les 11’070 personnes ayant répondu au questionnaire, 38% n'avaient jamais utilisé le vote par Internet auparavant. Ces nouveaux venus sont 66% à vouloir l’utiliser à l’avenir.

Ces résultats complètent l’enquête conduite par l’institut gfs.bern sur mandat de l'Unité de stratégie informatique de la Confédération (USIC), publiée en octobre dernier. Cette étude montre que le vote par Internet est la prestation en ligne la plus demandée au niveau suisse, toutes classes d’âge confondues.

Ainsi qu’il l’avait fait lors du scrutin du mois de mai dernier, le département informatique de la Haute école de gestion (HESGE) a généré une carte qui permet de visualiser la proportion des votes en ligne par commune. Cette carte, visible à l’adresse www.ge.ch/votations/20111127/carte_participation_internet.asp montre que la participation en ligne dans les différentes communes va d’un maximum de 26,5% à Gy à un minimum de 11,2% à Presinge.

Le Mandement (Satigny, Dardagny, Avully, Chancy) a plus voté en ligne que la moyenne cantonale, de même que la plupart des communes de la couronne extérieure du canton (Avusy, Collex-Bossy, Versoix, Genthod, Bellevue, Gy, Jussy, Puplinge, Corsier, Veyrier, Bardonnex ou Troinex). Contrairement à la votation du 15 mai, les villes du canton (communes de plus de 10'000 habitants, soit Genève, Carouge, Chêne-Bougeries, Grand-Saconnex, Lancy, Meyrin, Onex, Plan-les-Ouates, Vernier, Versoix et Veyrier) ont plus recouru à Internet que la moyenne, à l’exception de Chêne-Bougeries, d’Onex et de Thônex.

Les votes électroniques se sont concentrés sur les derniers jours du scrutin. Lors de la première semaine du scrutin, 712 personnes ont voté en ligne. Lors de la deuxième semaine, elles ont été 1598, puis 4929 la troisième semaine et 8467 la dernière semaine. Au total 6444 votes en ligne ont été émis entre jeudi 24 et samedi 26 novembre à midi (et 3301 pour la seule matinée du samedi), soit 40,1% du total des votes en ligne.

Ces chiffres soulignent l’importance du vote électronique pour les « retardataires ». Dès jeudi en effet, le vote postal devient aléatoire. Il est par ailleurs peu probable que ces 6444 citoyens se seraient rendus aux urnes et il est dès lors légitime de penser que le vote en ligne a permis d’accroître la participation finale de quelque points.

Seules 204 demandes ont été introduites au helpdesk, soit une sollicitation pour 77 votes. C’est le taux le plus bas depuis que le vote en ligne est offert à Genève, en 2003.

A souligner enfin que les 13’395 votes en ligne émis par des électeurs résidant dans le canton ont permis une économie de 13'395 francs pour l’Etat sur les coûts d’affranchissement des votes postaux.

Zurich a annoncé jeudi une pause en matière de vote électronique, jusqu’à ce que la Confédération redéfinisse son cadre règlementaire et supprime le plafond de 20% imposé aux cantons (L’ordonnance fédérale sur les droits politiques permet à la Confédération de limiter l’accès au vote en ligne à 20% de l’électorat de chacun des cantons concernés). L’enjeu est de permettre aux cantons d’offrir le vote par Internet à l’ensemble de leurs électeurs résidents.

Malgré la décision zurichoise, Genève va de l’avant, confiant dans le fait que la Confédération a pris la mesure des attentes des cantons. Les retours très positifs des cantons hébergés par Genève et des utilisateurs du système confirment que la prestation offerte est de qualité et répond à un besoin.

Le vote par Internet repose sur un système composé à 80% de logiciels open source. Il est entièrement propriété de l’Etat. L’exploitation et les développements sont assurés par le Centre des technologies de l’information (CTI) de l’Etat de Genève.